Lac de montriond

Le manifeste Négawatt est le fruit du travail de 25 experts de l’énergie. Il présente un scénario qui repense la politique énergétique de la France à l’horizon 2050. Cette approche pragmatique repose sur « 12 experts “scénaristes”, 4 ateliers prospectifs, 2 500 paramètres, plus d’un million de données, 4 niveaux d’analyse énergétique et une simulation en puissance heure par heure jusqu’à 2050… » .

Elle constitue l’un des travail les plus sérieux et rigoureux à ce jour, proposant des solutions pour un avenir plus stable et plus durable. Cette démarche repose sur 3 piliers : La sobriété et l’efficacité énergétique, ainsi que le développement des énergies renouvelables.

L’efficacité énergétique du bâtiment un des principaux levier de la transition énergétique

C’est ce second pilier que Walterre a décidé d’aider à construire dans le secteur du bâtiment. Les auteurs du manifeste rappellent que ce secteur représente 43% de la consommation française d’énergie primaire, dont près de 4/5 sont consacrés aux usages liés à la chaleur (chauffage, eau chaude sanitaire, cuisine). Selon leur scénario, il est nécessaire de diviser par 4 d’ici à 2050 l’ensemble des consommations de chauffage.

« un plan massif de rénovation des bâtiments existants doit en améliorer très notablement les performances, à la fois par l’isolation du bâti et par l’optimisation des systèmes de chauffage et de production et distribution d’eau chaude sanitaire. C’est en grande partie là que se joue la réussite de la transition énergétique. »

Le constat de l’importante part que représente le chauffage dans la consommation énergétique nationale, ainsi que celui que plus de 95% des chaufferies ne sont pas optimisées sont les principales raisons de la création du service Walterre. Nous constatons au quotidien, qu’il est possible de générer jusqu’à 35% d’économie d’énergie en agissant uniquement sur les systèmes de chauffage.

Revaloriser la technique et initier le dialogue entre les acteurs du bâtiment

Le manifeste Négawatt fait également état d’un manque de dialogue, de compétence et de valorisation dans les métiers du bâtiment :

« Cela nécessitera dans le secteur professionnel un immense effort de formation, non seulement pour adapter les gestes aux innovations techniques et aux nouvelles méthodes de travail, mais aussi pour donner du sens aux nécessaires changements, pour s’assurer de la compréhension intime et durable par chacun du pourquoi et du comment de la transition énergétique. C’est particulièrement le cas dans le secteur du bâtiment, où la tendance historique à la parcellisation et à la spécialisation des tâches a conduit à une dévalorisation sociale de ceux qui y travaillent en termes de revenus et de considération. Elles devront laisser la place à une requalification générale et à une promotion de la coopération entre métiers. Conditions impératives si l’on veut atteindre les objectifs, les exigences de qualité dans la construction neuve et encore plus dans la rénovation doivent être à la source d’un retour du savoir-faire et de l’excellence sur les chantiers, d’où ils ont été trop souvent exclus au profit de techniques industrialisées à outrance et de gestes simplifiés à l’extrême. »

C’est fort de ce constat, que Walterre a développé une méthodologie de diagnostic dédiée à la chaufferie. Notre approche repose sur une expertise technique, ainsi que sur la récolte de données. Cela nous permet de continuellement améliorer notre modèle, afin de proposer des pistes d’optimisation les plus pertinentes possibles.

Nous voulons revaloriser le métier de chauffagiste, en lui faisant prendre conscience qu’il est un des acteur clés de la transition énergétique. Chez Walterre, nous pensons que la technique et l’ingénierie doivent être intimement liées, pour que l’excellence de ceux qui maintiennent les installations égale celle des équipements toujours plus complexes.

Engager et accompagner les copropriétaires dans un projet de rénovation énergétique

La complexité technique est rarement la barrière principale d’un projet de rénovation. Comment faire en sorte que les copropriétaires s’engagent dans une démarche de performance énergétique ? Les auteurs du manifeste rappellent que les aides financières bien que nécessaires ne sont pas suffisantes :

« En France, même dans les copropriétés sous le coup de “plans de sauvegarde” et bénéficiant à ce titre de taux de subvention et d’aides allant de 50 à 75 % du montant des travaux, il reste très difficile de faire voter la décision d’entreprendre une opération de rénovation à la majorité requise. »

Chez Walterre, nous sommes conscients qu’initier des travaux de rénovation n’est pas simple. Concernant le chauffage, c’est en partie parce que les maîtres d’ouvrage ne disposent pas des outils nécessaires pour comprendre l’exploitation de leur installation. Entre la complexité technique inhérente à la chaufferie, le manque d’information quant au niveau de leur consommation ainsi que les différents contrats d’exploitation qui sont proposés, il est aisé de renoncer.

C’est pourquoi, en plus de diagnostiquer les installations, nous analysons le niveau de consommation du bâtiment en fournissant des indicateurs environnementaux et économiques aux copropriétaires. Une fois la chaufferie diagnostiquée, nous délivrons un rapport technique de l’installation, ainsi qu’un rapport d’activité financier et environnemental. Ces documents comportent d’une part une analyse de la maintenance, de la pérennité et de la performance de l’installation. D’une autre part, ils présentent les principaux objectifs de travaux ainsi qu’une estimation du coût et du temps de retour sur investissement du projet.

Mais ce n’est pas tout, Walterre accompagne le maître d’ouvrage pendant 3 ans dans le but d’atteindre les objectifs de performance fixés. Nous effectuons un suivi des consommations du bâtiment, et un Energy manager est tenu disponible auprès de l’exploitant et du MOA pour faciliter la prise de décision. Avant de penser au tout connecté, avec toujours plus de complexité, nous pensons que la priorité est de placer l’humain au centre de la transition énergétique.

« Agir parce que, si l’énergie que nous consommons est au cœur des crises de ce monde, celle qui est en nous est à la source des solutions. »

Tags

No responses yet